Comment mieux gérer notre stress ?

Comment gérer son stress ?

Bonjour à Toutes et à Tous,

Je vous présente comment mieux gérer notre stress.

A. Quelles sont les causes principales du stress ?

– le climat

– le bruit

– le confinement, la promiscuité

– les stress quotidiens : soucis, tracas, problèmes relationnels, mauvaise gestion du temps, difficultés financières, etc.

B. Le STRESS, c’est QUOI ?

Le stress est une réponse de l’organisme à une agression, caractérisée par un ensemble de symptômes et de comportements.

Le stress est une émotion. C’est la réaction de l’organisme à un choc, une agression physique ou nerveuse. Cette émotion est à l’origine de la sécrétion d’adrénaline. Cette hormone élève la tension artérielle, le taux de sucre dans le sang, les pulsions cardiaques. Elle provoque également des réactions musculaires difficilement contrôlables.

EMOTION FORTE (peur, angoisse, inquiétude, …) – SECRETION D’ADRENALINE – REACTIONS PHYSIQUES ou PSYCHOLOGIQUES

Le stress est caractérisé par un ensemble de comportements ou de symptômes.

C. LE STRESS évolue en 3 PHASES :

1. Phase d’alarme ou phase initiale : Mise en place des mécanismes de défense de l’organisme par l’intermédiaire d’une sécrétion accrue d’hormone corticosurrénale.

Exemple : état de choc, chute de la tension artérielle, abaissement de la température centrale, accélération du rythme cardiaque et respiratoire, élévation de la glycémie, ralentissement de la digestion, etc…

2. Phase d’adaptation ou phase de résistance : Les mécanismes mis en jeu lors de la phase d’alarme se compensent ou même s’inversent, avec élévation de la tension artérielle et de la température. Si l’agression ne s’arrête pas, le corps demeure en alerte et ne peut plus compenser les dommages provoqués.

3. Phase d’épuisement (burn out) : Si les facteurs du stress persistent, les mécanismes d’adaptation sont dépassés et cèdent. Une agression prolongée affaiblit notamment les réserves énergétiques de l’organisme du fait de la dépense occasionnée par la réponse à l’agression.

D. PREVENIR et GERER au mieux SON STRESS :

– Réfléchir à son mode de vie : garder la forme par des exercices, alimentation saine, etc.

– Prendre le temps pour les petits plaisirs

– Apprendre à dire « NON »

– Faire des exercices de relaxation lorsque l’on en ressent le besoin : faire le vide mental dans une situation de stress

– Faire preuve d’optimisme et trouver toujours le bon côté des choses, cultiver l’estime de soi

– Accepter ce que je ne peux changer : accompagner le changement plutôt que le combattre sans culpabiliser

– S’adapter aux situations avant que les évènements ne me forcent à m’adapter

– Ne pas se placer en position de victime

– Ne pas oublier son sens de l’humour : l’humour et le rire sont de puissants facteurs de détente et de dédramatisation…

Notre plus grande arme contre le stress, c’est notre capacité à choisir une pensée plutôt qu’une autre.


A bientôt,

Mathilde

Mathilde Espeillac, conférencière-psychologue

Site Cabinet Mathilde ESPEILLAC : http://www.ocefip.com

Site AKM (Association Kokass Music) : https://kokassmusic.fr

Site KOKASS : http://kokassmusic.com

Comment se structure notre cerveau ?

La métaphore du cristal

Bonjour à Tous,

Je vous présente la structure du cerveau comme une combinaison particulière d’éléments inaperçus qui conditionnent les troubles et leur sens. Elle reprend la métaphore Freudienne du cristal :

« Si on laisse tomber un bloc de cristal, les cassures n’interviennent pas au hasard mais selon des lignes, invisibles extérieurement mais qui se trouvaient déjà déterminées par la structure préalable du cristal « .

« de même pour la structure psychique : peu à peu, à partir de la naissance, en fonction de l’hérédité pour certains facteurs, en fonction du mode de relation aux parents dès les tout premiers moments de la vie (les frustrations, les traumatismes et les conflits rencontrés), en fonction des défenses organisées par le « Moi » pour résister aux poussées internes et externes et des pulsions du « ça » et de la réalité : peu à peu le psychisme individuel s’organise, se « cristallise » tout comme un corps chimique complexe, tout comme un minéral, avec des lignes de clivage originales et ne pouvant plus varier par la suite ».

Cela aboutirait ainsi à une véritable structure stable dont deux modèles spécifiques sont représentés par la structure névrotique et la structure psychotique.

Si, à la suite d’un évènement quelconque, le « cristal » vient à se briser, cela ne pourra s’effectuer que selon des lignes de forces (et ruptures) pré-établies dans le jeune âge.

Le sujet de structure névrotique ne pourra développer qu’une névrose et le sujet de structure psychotique développera une psychose.

Les expériences de notre petite enfance forgent notre cerveau, notre capacité d’adaptation (résilience)…c’est la base de notre personnalité.


A bientôt,

Mathilde

Mathilde Espeillac, conférencière-psychologue

Site Cabinet Mathilde ESPEILLAC : http://www.ocefip.com

Site AKM (Association Kokass Music) : https://kokassmusic.fr

Site KOKASS : http://kokassmusic.com

Transformer vos défauts en qualités

Exercice de développement personnelle

Bonjour à Tous,

Je vous présente un Exercice : Les qualités de vos défauts ! inspiré des Accords Toltèques.

« On voit les qualités de loin et les défauts de près. » Victor Hugo Nos défauts peuvent cacher une compétence, un don, une qualité qu’il nous appartient de découvrir.

Défauts et qualités sont les deux faces d’une même médaille.

Listez trois de vos défauts, puis répondez aux questions suivantes.

Exemple : le doute, le perfectionnisme et l’entêtement

1. Transformez ces traits de caractère indésirables en qualités.

Exemple : le doute devient de la vigilance, le perfectionnisme de la rigueur et l’entêtement de la persévérance.

2. En quoi votre vie changerait-elle si vous transformiez vos défauts en qualités ?

Les qualités et les défauts ne sont pas séparés comme le jour et la nuit ou le blanc et le noir. Un défaut peut cacher une qualité.

Cet exercice nous permet de nous réconcilier avec certains traits de caractère que nous n’aimons pas, et d’apprivoiser notre ombre. Car bien souvent, ce que nous rejetons cache un trésor.

La voie Toltèque nous invite à découvrir qui nous sommes une fois débarrassés du regard des autres et des critiques de notre Juge intérieur.

A bientôt,

Mathilde

Mathilde Espeillac, conférencière-psychologue

Site Cabinet Mathilde ESPEILLAC : http://www.ocefip.com

Site AKM (Association Kokass Music) : https://kokassmusic.fr

Site KOKASS : http://kokassmusic.com

Qu’est ce que le complexe d’oedipe (3-6 ans) ?

Le conflit affectif de l’enfant

Bonjour à Tous,

Je vous présente aujourd’hui le complexe d’oedipe (3-6 ans) expliqué simplement, selon S. Freud. Le complexe d’Œdipe détermine notre sexualité et nos relations affectives futures.

A 3 ans, l’enfant est seul au centre du monde. Tout converge vers lui. Il est centré sur sa propre personne. Il découvre la sexualité en même temps que découvrir quelque chose qui l’interroge dans la relation père/mère. Il voit ses parents faire des choses ensemble et se rend compte qu’il n’est plus le centre du monde : intervient là le complexe d’oedipe. Il s’insère dans une relation triangulaire (père/mère/enfant).

L’enfant cherche a coupé la relation entre ses parents pour rester le centre. L’enfant rentre en rivalité avec le parent du même sexe. Faire attention de ne pas rentrer dans le jeu des enfants à ce moment là (ex : le petit garçon veut dormir avec sa mère sans le père).

L’enfant se met à aimer d’amour son père ou sa mère et veut se débarrasser de son rival pour rester le centre. Il va ressentir de l’agressivité pour le parent du même sexe. Le petit garçon se demande pourquoi maman aime papa ? L’enfant se répond de manière inconsciente : « C’est parce qu’il est fort et qu’il en a un gros… ».

L’enfant continue toujours d’aimer son père sauf qu’il le repousse (= conflit affectif : complexe d’oedipe). L’enfant craint le père et se dit : « Peut-être qu’il va me le prendre, je vais être puni, je vais être châtré comme maman, si je suis agressif, il ne va plus m’aimer… » etc.

L’enfant sort de cette histoire relationnelle, de ce conflit affectif en s’identifiant au père (mère) ; la crise oedipienne est dépassée et il se dit : « Puisque je ne peux pas avoir maman (papa) pour moi seul, quand je serai grand, je serai comme papa (maman) pour épouser maman (papa) »… et l’enfant commence à rechercher des objets d’amour autre que la famille.

Le petit garçon renonce à la mère et s’identifie au père.

La petite fille renonce au père et s’identifie à la mère.

Le complexe d’oedipe se termine pas l’intériorisation de 2 interdits fondamentaux :

– L’interdit du MEURTRE (« Non, tu ne te débarrasseras pas de ton rival ») : Solution pour l’enfant = identification ; il s’identifie au père ou à la mère.

– L’interdit de l’INCESTE (« Non, tu ne coucheras pas avec ta mère (ton père) : Solution pour l’enfant = il recherche d’autres objets d’amour à l’extérieur de la famille.

Le conflit oedipien interdit le meurtre et l’inceste.

C’est parce que l’enfant se sentira compris par ses parents et qu’il trouvera sa place dans la famille, qu’il va se débarrasser de ses tensions et de ses conflits affectifs.

A 6 ans, la fin de l’oedipe correspond à l’acceptation de la réalité sexuée de l’enfant.

A bientôt,

Mathilde

Mathilde Espeillac, conférencière-psychologue

Site Cabinet Mathilde ESPEILLAC : http://www.ocefip.com

Site AKM (Association Kokass Music) : https://kokassmusic.fr

Site KOKASS : http://kokassmusic.com

Comment fonctionne notre cerveau et la notion de conflits internes ?

La notion intra-psychique

Bonjour,

Je vous présente aujourd’hui comment fonctionne notre cerveau d’un point de vue dynamique avec la notion de conflits intra-psychiques.

Dans d’autres vidéos, nous l’avons abordé :

– d’un point de vue de la forme : CA – SURMOI – MOI

– d’un point de vue économique : PULSION

– d’un point de vue explicatif : Principe de plaisir et principe de réalité

– Ici, d’un point de vue dynamique : Les conflits

Les conduites humaines trouvent leur origine dans le jeu des conflits :

– Entre le sujet et lui-même : Ex : entre être et avoir / entre âme et égo

– Entre les instances : conflits inter-systémiques, entre le CA, SURMOI et le MOI.

– Entre les conflits intra-systémiques : c’est dans une instance elle-même. Ex : différentes pulsions contradictoires du CA.

La notion de conflits est la base de notre personnalité, c’est la dynamique du cerveau

A bientôt,

Mathilde

Mathilde Espeillac, conférencière-psychologue

Site Cabinet Mathilde ESPEILLAC : http://www.ocefip.com

Site AKM (Association Kokass Music) : https://kokassmusic.fr

Site KOKASS : http://kokassmusic.com

Quelles sont les principes de base dans une relation ? Mieux communiquer

Quelles sont les principes de base dans une relation ? Mieux communiquer

Bonjour,

Je vous présente quelles sont les principe de base dans une relation et comment mieux communiquer.

PRINCIPE DE BASE D’UNE RELATION

– Je suis co-auteur de toutes mes relations : J’ai donc la possibilité d’améliorer une relation qui ne me convient pas.

– Je suis responsable de mon extrémité de la relation : Je ne suis pas responsable de l’extrémité de la relation de l’autre.

– Je suis responsable de ce que je dis ou ne dis pas : C’est bien moi de dire cela, de cette manière, ou de ne pas le dire.

– Je suis responsable de ce que j’exprime ou n’exprime pas : Je suis aussi responsable des messages non verbaux que j’envoie.

– Je suis responsable de ce que je ressens : Si je suis en colère, c’est bien moi qui ressens de la colère. Si je suis gai(e), c’est bien moi qui produis cette gaieté.

– Je suis responsable de la manière dont j’écoute l’autre : Si je n’écoute pas l’autre, si je lui coupe la parole, c’est bien moi qui ne sais pas écouter.

– Je suis responsable du sens que je donne au message que je reçois : C’est moi qui entends le message avec mes oreilles et mes « filtres » et qui l’interprète.

Je suis responsable de ma vie ! En matière des relations humaines, il n’y a pas de solutions mais que des évolutions.

A bientôt,

Mathilde

Mathilde Espeillac, conférencière-psychologue

Site Cabinet Mathilde ESPEILLAC : http://www.ocefip.com

Site AKM (Association Kokass Music) : https://kokassmusic.fr

Site KOKASS : http://kokassmusic.com

Qu’est ce que la pulsion ? Notre cerveau…

Qu’est ce que la pulsion ? Notre cerveau

Bonjour,

Je vous présente comment fonctionne notre cerveau d’un point de vue économique avec la notion de pulsion.

La PULSION : La pulsion n’est pas l’instinct. Elle désigne une poussée interne d’excitation, donc elle est active. Elle crée un état de tension vers l’organisme et suscite le comportement de l’individu ; ce dernier recherche l’objet susceptible de l’apaiser. C’est une sorte d’excitation interne dont la source serait somatique. Elle est liquidée par la fuite, puisqu’elle est interne. Cette énergie pulsionnelle force le système psychique à des activités compliquées.

La SOURCE de la PULSION : Localisée dans le corps

Le BUT de la PULSION : Se décharger (ex : personne étrangère à soi-même, une partie de son corps, un objet…) et Suppression de cette excitation interne.

L’OBJET de la PULSION : Il n’est pas nécessairement réel, il peut être fantasmatique. C’est un Instrument au moyen duquel la satisfaction est obtenue.

La PULSION est la limite entre le corps (somatique) et la tête (psychique). C’est un représentant envoyé par le corps pour satisfaire la demande corporelle. La PULSION est une tendance dynamique inconsciente de la personnalité qui agit de façon permanente car elle oriente les conduites de l’organisme vers leurs satisfactions.

A bientôt

Mathilde

Mathilde Espeillac, conférencière-psychologue

Site Cabinet Mathilde ESPEILLAC : http://www.ocefip.com

Site AKM (Association Kokass Music) : https://kokassmusic.fr

Site KOKASS : http://kokassmusic.com

Comment accueillir un enfant en situation de handicap ?

Accueillir un enfant en situation de handicap

Bonjour,

Aujourd’hui, je vous présente comment accueillir un enfant en situation de handicap.

« Mon enfant n’est pas un enfant comme les autres, mais comme les autres, il est un enfant » (un parent).

Ce n’est pas la tâche d’une seule personne, c’est l’affaire de toute une équipe.

A. Les QUESTIONS À SE POSER pour guider la démarche :

1. VOLONTE POLITIQUE : sur quelle « volonté politique » s’appuyer pour mettre en oeuvre ou développer l’accueil en direction des enfants en situation de handicap ? Est-ce que le projet est inscrit dans le projet communal, associatif ?

2. OFFRE DE SERVICE : Est-ce que l’offre de service est inscrite dans le projet d’établissement ?

3. REPERAGE DES BESOINS DES FAMILLES : réunions d’informations, coordination des services, etc.

4. RESSOURCES INTERNES ET EXTERNES : Identifier les personnes et les services ressources : CAF, mairie, MDPH, CD, etc.

5. TRAVAIL EN RESEAU : Camps, IME, MDPH…

6. FREINS ET RESISTANCES : Quels sont les freins au niveau des professionnels (peur, représentation, formation, compétences, savoir-faire, soutien à la famille, surcharge de travail, etc.) ? Quels sont les freins au niveau des familles (inquiétudes par rapport aux besoins de leur enfant, confiance, risques de santé, soins, projet d’accueil individualisé, etc.) ? Quels sont les freins économiques (adaptation des locaux, information, recrutement etc.) ?

B. ACCUEILLIR UN ENFANT EN SITUATION DE HANDICAP C’EST :

– D’abord ACCUEILLIR UN ENFANT : un enfant en situation de handicap est un enfant avec les mêmes besoins fondamentaux que les autres enfants (pyramide des besoins de MASLOW : physiologiques, de sécurité, d’appartenance et d’affection, d’estime de soi, de réalisation de soi).

– CONNAITRE ET RECONNAITRE SES BESOINS SPECIFIQUES : sa différence, ses compétences, sa singularité, ses potentialités, son rythme propre de développement, ses besoins particuliers, son mode de communication.

– LUI DONNER LES MOYENS : de vivre en collectivité, de se sentir en sécurité avec et au milieu des autres, d’être stimulé par des activités adaptées, de s’épanouir.

– PREVOIR : un temps d’adaptation parfois plus long pour pouvoir mieux le connaître, et connaître ses parents ; une plus grande souplesse pour s’adapter à ses besoins et aux choix éducatifs de ses parents ; un temps d’accueil qui doit se conjuguer avec les soins ; un temps d’accueil qui peut se prolonger jusqu’à ses 5 ans révolus.

– ELABORER UN PROJET D’ACCUEIL INDIVIDUALISE (PAI) : préparer sa venue au sein du groupe d’enfants et de parents ; adapter l’environnement à ses besoins, rendre les activités accessibles ; évaluer régulièrement, avec les parents, les professionnels de l’équipe et les partenaires de soins, la réponse à ses besoins et les adaptations mises en oeuvre.

– PARTICIPER A LA CONSOLIDATION : préparer son départ, préparer l’avenir avec les parents et les partenaires ; prévoir des temps de concentration et d’adaptation avec l’école ou l’établissement spécialisé.

C. PISTES D’AMELIORATION DE L’OFFRE ET DES CONDITIONS D’ACCUEIL POUR LES JEUNES ENFANTS EN SITUATION DE HANDICAP ET DE LEURS FAMILLES :

– Développer des modes d’accueil séquentiels : développer des temps partagés pour faciliter l’inclusion de ces enfants.

– Accompagner et soutenir la parentalité : diffuser des documents simples par écrit, par internet…auprès des familles.

– Améliorer l’information et la coordination entre les professionnels, les institutions (Camps, Sessad, CMP, CMPP, MDPH…) et avec les parents. L’accueil des enfants en situation de handicap concerne l’implication de toute une équipe.

Accueillir un enfant en situation de handicap, c’est accueillir un enfant avant tout !

A bientôt

Mathilde

Mathilde Espeillac, conférencière-psychologue

Site Cabinet Mathilde ESPEILLAC : http://www.ocefip.com

Site AKM (Association Kokass Music) : https://kokassmusic.fr

Site KOKASS : http://kokassmusic.com

Qu’est ce que les principes de plaisir et de réalité ?

Comment fonctionne notre cerveau d’un point de vue explicatif ?

Bonjour à TOUTES et à TOUS,

Je vous présente comment fonctionne notre cerveau, (appareil psychique) d’un point de vue explicatif avec le Principe de Plaisir et le Principe de Réalité.

PRINCIPE DE PLAISIR : L’appareil psychique (cerveau) aurait tendance à maintenir à un niveau aussi bas que possible ou constant la quantité d’excitation qu’il convient. Il en résulte que tout ce qui est susceptible d’augmenter cette quantité ne peut être éprouvé que comme anti-fonctionnel (sensation désagréable, de déplaisir). Le principe de plaisir ne peut constamment s’affirmer car cela risquerait de ruiner l’équilibre et la conservation de notre organisme. Le principe de plaisir sous l’influence du « Moi » s’efface et cède la place au principe de réalité sans renoncer au but final qui constitue le plaisir (ex: nous consentons un déplaisir momentané, pour arriver à un plaisir, à la faveur d’une longue durée).

PRINCIPE DE REALITE : Le principe de réalité à une fonction régulatrice. La recherche de satisfaction ne peut se réaliser directement. En RESUME : Principe de plaisir : Eviter le déplaisir et procurer du plaisir (ex: les sensations fortes) ; Réduction de la tension Principe de déplaisir : Augmentation de la tension Principe de réalité : Différer la réalisation du plaisir sans y renoncer pour y revenir plus tard. Il a une fonction régulatrice et correspond au système pré-conscient, à la satisfaction des besoins vitaux.

Ex : Les 3 petits cochons

Objectif : L’équilibre entre les 2 principes de plaisir et de réalité permet de dépasser chaque difficulté.

A bientôt,

Mathilde Espeillac, conférencière-psychologue

Chaînes Youtube : Mathilde ESPEILLAC & KOKASS Music

Site Cabinet Mathilde ESPEILLAC : http://www.ocefip.com

Site AKM (Association Kokass Music) : https://kokassmusic.fr

Site KOKASS : http://kokassmusic.com

Qu’est ce que le ÇA, le SURMOI et le MOI ?

Comment fonctionne notre cerveau ?

Bonjour à Tous,

Je vous présente aujourd’hui, comment fonctionne notre cerveau, notre appareil psychique d’un point de vue de la forme avec « le CA », le « SURMOI », et le « MOI ».

D’un point de vue de la forme, notre cerveau contient :

– Inconscient – Pré-conscient – Conscient

+ 3 instances (après 1920) :

– CA – SURMOI – MOI

Le système du ÇA : pulsions primaires inconsientes cherchant à se réaliser. Pulsions soumises au seul principe de plaisir (satisfactions immédiates des besoins, des désirs). C’est à partir du « CA » que le « MOI » va se former. Le « ÇA » représente les passions déchaînées dans la vie psychique. Il est intemporel et n’évolue pas. Il est étranger à tout jugement de valeur, il est amoral et ne fait aucune distinction entre le bien et le mal.

Le système du SURMOI : instance qui s’oppose au « CA ». Instance morale, d’autorité, interdiction. L’idéal du « MOI » constitue le modèle auquel le « MOI » doit se conformer pour satisfaire les exigences parentales. Le « SURMOI » a une fonction correctrice et sélective qui lui permet de dire : « n’agit pas ainsi, n’agit pas comme ton père, ta mère ». C’est à l’image du Surmoi que l’image des parents se forme. Le SURMOI est un lieu d’idéalisation. Le système du MOI : conscient, il comporte une partie inconsciente (les mécanismes de défense), lieu de compromis entre les pressions du « ÇA », les exigences du « SURMOI » et les contraintes de la réalité. Ex : Si le MOI désobéit au SURMOI = culpabilité.

Le MOI traduit en action la volonté du ÇA. Le SURMOI plonge ses racines dans le CA. Le ÇA n’est relié au monde extérieur que par l’intermédiaire du MOI.

Quoi qu’on dise ou fasse, c’est toujours la résolution d’un conflit intérieur. Toutes conduites humaines trouvent leur origine dans le jeu des conflits intérieurs.

A bientôt,

Mathilde Espeillac, conférencière-psychologue

Chaînes Youtube : Mathilde ESPEILLAC & KOKASS Music

Site Cabinet Mathilde ESPEILLAC : www.ocefip.com

Site AKM (Association Kokass Music) : www.kokassmusic.fr

Site KOKASS : www.kokassmusic.com