Comment peut-on échapper à ses propres pensées ?

Personne ne te juge davantage que toi-même !

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je vous fais partager un échange avec ma pensée !

Ma pensée : Et oui, personne ne te juge davantage que toi-même !

Kokass : Mais comment puis-je échapper à mes propres pensées ? 

Ma pensée : Si tu ne t’aimes pas, où que tu ailles, tu seras toujours là. Tu peux te cacher de tout le monde mais il est impossible d’échapper à tes propres jugements. Certaines personnes ont de telles souffrances émotionnelles qu’elles en viennent à s’ôter la vie. Tout cela, parce que, comme tout le monde, tu veux croire toutes les opinions que tu as appris au fil des ans. Mais est-ce la vérité ?

Kokass : En fait, les langues sont des symboles qui ne sont vrais que parce que je pense qu’ils le sont. Mais si je les mets de côté, que reste-t-il ?

Ma pensée : La vérité. Les symboles ne sont en réalité ni bons ni mauvais, ni justes ou faux.

Kokass : Alors c’est moi, avec mes croyances, qui décide qu’ils sont justes ou faux.

Ma pensée : Qu’elle est, dans ce monde, la plus grande de toutes les peurs ? 

Kokass : euh… la peur de la vérité !

Ma pensée : Les humains redoutent la vérité, parce qu’on nous a appris tant de mensonges. La connaissance nous procure un sentiment de sécurité, mais ensuite nous souffrons parce que nous croyons à ce que nous savons, et pratiquement tout cela n’est pas vrai. C’est ainsi que la chaîne se perpétue et que l’histoire des humains se répète encore et encore, indéfiniment.

Kokass : Alors, je deviens septique sur tout et pour tout ! Mais j’apprends à écouter…

Ma pensée : La question n’est plus de savoir si l’on a raison ou tort, si l’on est bon ou méchant. Il ne s’agit plus non plus de savoir si l’on est un gagnant ou perdant, si l’on est jeune ou vieux, beau ou laid. Toutes ces choses ne sont que des symboles. Tu sauras que tu es totalement libre quand tu n’auras plus besoin d’essayer d’être ce que tu prétends être. Cette liberté-là est profonde.

Kokass : C’est la liberté d’être vraiment soi-même !

Ma pensée : La vérité te rendra libre, mais tu dois commencer par la voir.

Kokass : Le changement commence par soi-même. Je ne changerez pas le monde si je ne commence pas tout d’abord par transformer mon propre monde.

A très bientôt

Mathilde ESPEILLAC (Kokass)

2 commentaires sur « Comment peut-on échapper à ses propres pensées ? »

  1. Bonjour Mme espeillac j ai vu votre post je me retrouve dans se que vous m avez appris lors de la séance de psychologie pour m accepté telle que je suis. Merci beaucoup. À très bientôt bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *